Programme Minceur localisé - Amincissant par Mesotherpie

NUTRITION

Perdre du poids nécessite une vigilance permanente par rapport à ses habitudes de vie (alimentation, activité physique …..). La succession de régimes ou de restriction de l'alimentation risque de conduire à des fluctuations pondérales encore appelées "syndrome du yoyo" particulièrement décourageantes. Aussi, il importe de savoir si l'on est réellement prêt(e) à envisager de modifier son comportement sur le long terme. Ce fascicule a pour but de vous aider à découvrir les points clés des modifications nécessaires à une perte de poids durable et à analyser votre réelle motivation actuelle.


Pourquoi prend-on du poids?

L'inégalité existe : pour un même apport alimentaire et une même activité physique, certaines personnes grossiront rapidement alors que d'autres resteront minces. Mais, chez une personne prédisposée, la prise du poids est largement influencée par les facteurs liés à l'environnement, c'est-à-dire par tout ce qui ne concerne pas la génétique (ou hérédité). Par ailleurs, on a parfois tendance à incriminer le rôle de facteurs hormonaux, psychologiques…dans la prise de poids. Qu'en est-il réellement ?


L'hérédité…

L'hérédité est importante. Elle explique en partie les différences de capacité à mettre en réserve l'énergie, aptitude propre à chaque individu. Un enfant dont les deux parents ont un excès de poids a 80 % de risque de devenir trop gros.


Les hormones…

Les mauvais fonctionnements de la glande thyroïde ou des glandes surrénales, quand ils existent, ne sont pas suffisants pour expliquer une prise importante de poids.

Chez les femmes, les variations hormonales observées lors des grossesses ou de la ménopause peuvent favoriser la prise de poids.


La famille…

Les habitudes familiales peuvent influencer notre comportement vis-à-vis de l'alimen¬tation. Certaines familles mangent en excès pour diverses raisons (culturelles...). Les habitudes se transmettent de générations en générations: tradition culinaire, sport…


Les problèmes psychologiques…

Beaucoup de personnes en surpoids ont des difficultés pour contrôler leurs apports alimentaires en réponse au stress, à la dépression, à la solitude, à la contrariété ou à d'autres émotions.


Quelque que soit son origine, la prise de poids résulte toujours d'un déséquilibre : "on mange" plus de calories que l'on dépense. Ce phénomène est le plus souvent progressif et peut résulter de petites erreurs qui s'accumulent au cours du temps. On peut ne pas se soucier d'une prise de 2 Kg par an mais se réveiller catastrophé(e) au bout de dix ans avec 20Kg en trop ….. Pour gérer son poids à long terme, la seule solution est de contrôler ses habitudes de vie.

Amincissement Médical : Lipolyse et Lipodissolution

II est possible de réduire les amas graisseux par l'injection localisée de phosphatidylcholine (extrait de lécithine de soja). Cette technique connaît un bel essor depuis plusieurs années en raison des bénéfices qu'elle procure et de la simplicité de sa mise en pratique. On évite ainsi les risques opératoires et anesthésiques des lipoaspirations classiques.

Le produit injecté : la phosphatidylcholine (PPC)

Elle est utilisée depuis plusieurs années en médecine interne, dans le traitement préventif et curatif des embolies graisseuses et comme protecteur du foie. A l'instar du BOTOX® (toxine botulique) la PPC était un médicament avant d'être utilisée en esthétique et on s'attend donc a ce quelle soit médiatiquement diabolisée, comme son glorieux prédécesseur.

LES INDICATIONS ET CONTRE- INDICATIONS

Les indications générales sont les mêmes que celles de la lipoaspiration, mais viennent s'y ajouter des zones réputées difficiles ou dangereuses en chirurgie. L'avantage provient de la fibrose qui suit la lipolyse et qui permet de traiter des zones faibles en les raffermissant (intérieur des cuisses, arrière des bras, bourrelets du dos).

Cet effet raffermissant et lissant donne des bons résultats sur la cellulite superficielle.

Néanmoins les volumes importants seront mieux traités par la lipoaspiration.

Quant au poids, son traitement reste à la charge de la patiente, puisqu'il n'y a toujours pas de miracle dans ce domaine.

Les contre- indications sont : allergie au soja, insuffisance hépatique et rénale, grossesses...

LE PROTOCOLE D'INJECTION

La PPC est diluée dans son poids de sérum physiologique ou autres produits à action synergique ( silicium..). La dose délivrée est précise et ne permet pas de traiter plus d'une zone importante par séance. L'injection est rapide et il faut attendre 3 à 8 semaines avant une autre séance en fonction de la quantité initiale injectée (ce délai permet l'appréciation du résultat et aussi d'éviter d'injecter sur une zone inflammatoire ce qui ne serait pas pertinent). Il faut compter de deux à quatre séances pour le traitement complet d'une zone, et ceci est fonction des volumes concernés ainsi que d'une certaine variabilité de réponse propre à chaque patiente.

Le matériel utilisé est bien évidemment à usage unique.

LES EFFETS SECONDAIRES À L'INJECTION

Très constants, ils sont passagers mais parfois gênants pendant trois à sept jours. Il s'agit de rougeurs, d'œdèmes parfois précoces et importants, de douleurs à type de contusion, ainsi que d'ecchymoses.

Nausées et vertiges sont possibles dès les premières heures et fatigue la première journée.

LES COMPLICATIONS

Elles sont essentiellement dues à des mauvaises applications du protocole défini par le groupe de travail Network lipolysis qui est un regroupement international de médecins rompus à la technique et qui échangent constamment pour l'améliorer et la développer.

Cette alternative médicale à la lipoaspiration est très satisfaisante en raison de son excellent rapport efficacité sécurité.

Abonnement

Abonnez-vous et vous recevrez les informations de nos promotions par mail.